175
Alexandre Friederich
Triptyque de la peur 17 x 11 cm
106 pages
ShushLarry 2017
978-2-940570-28-7
CHF 14.90 / € 12

Commander

Ce triptyque explore trois variétés de la peur: l'angoisse, la crainte, l'effroi. Pourquoi a-t-on retrouvé autour d'Avila mille taureaux sculptés? Qui a transporté et disséminé dans toute la Castille centrale ces animaux de granit symbole d'angoisse pour les tribus vétones du Néolithique? Pour quelle raison, sinon la crainte qui accompagne toujours le perfectionnisme, la Suisse a-t-elle maintenu sous caisses, en pleine Guerre froide, 57 Mirages de combat? Et comment se fait-il qu'un passionné d'aviation ait pu construire dans sa grange un prototype recyclant des pièces de haute technologie dont l'achat a coûté 855 millions à la Confédération? Enfin, à quel modèle posthumain, la pornographie obéit-elle? Le gonzo numérique annonce-t-il l'âge effrayant du rapport sexuel formalisé?
L'archéologie, la sociologie et la pornographie ont leur méthode que la spéculation littéraire pousse ici dans ses retranchements afin de remonter aux origines de la peur.

Fils de diplomate, Alexandre Friederich vit une enfance cosmopolite. Il étudie la philosophie à l’Université de Genève. En 1991, il fonde avec son frère Fabien et le musicien Bernard Monney le groupe punk «Brukt» (1993-1995) et la société d’affichage «Affichage vert» à Genève (1991- ), puis le collectif artistique «G3-art marchand» (1996-2001). Depuis 2000, il se consacre à l’écriture de textes mêlant géopolitique et fiction. L’écriture, initialement fragmentaire, à base de notes, est pratiquée sur les lieux de l’expérience, qu’il s’agisse de traverser les grands cols des Alpes à vélo, de dormir dans les forêts ou d’errer dans les mines d’or abandonnées du Nord Mexique. Alexandre Friederich est également l’auteur d’un Journal d’Inconsistance tenu au quotidien depuis 1977 (l’auteur avait alors 12 ans) et qui, au fil du temps, a connu différentes formes: carnets, feuillets de machine à écrire, blog. Selon certaines sources, il serait également actif sous le pseudonyme Alonso Llorente, et donc l’auteur de Susie la simple (2009, art&fiction, éditions d’artistes), première biographie de la chanteuse écossaise Susan Boyle.

------------------------
REVUE DE PRESSE
------------------------

BILAN, 10/08/2017
«Alexandre Friederich signe Triptyque de la peur», par Etienne Dumont
Cliquer ici pour lire l'article

LE COURRIER, 15-16/07/2017
«Friederich, triple peur», par Thierry Raboud
Cliquer ici pour lire l'article

LA LIBERTÉ, 27/05/2017
«Friederich, triple peur», Thierry Raboud à propos de Triptyque de la peur d'Alexandre Friederich
Cliquer ici pour lire l'article

DE L'ART HÉLVÉTIQUE CONTEMPORAIN, 24/04/2017
«Alexandre Friederich: la peur et après», Jean-Paul Gavard-Perret à propos de Triptyque de la peur d'Alexandre Friederich
Cliquer ici pour lire l'article

LE PERSIL, janvier 2017
«Alexandre Friederich, Triptyque de la peur», bonnes feuilles