Délié

Baptiste Oberson

CHF24.00

Je lève les yeux, mon regard s'accroche volontiers dans le fourbi, tout ce qui est trop imbriqué pour être séparé. Si on tente de détailler on perd l'ensemble, on étouffe le dessin – il meurt. Je ne choisis pas consciemment, je pense que c'est une tactique pour ne pas entrer dans une volonté de précision. Pour éviter aussi de vouloir rendre les choses reconnaissables, au détriment du dessin. Regardant ces pages tracées dehors, on ne peut rien situer, ou pas grand chose. Moi-même je n'apprends pas à mieux connaître par l'observation prolongée – j'observe si peu, j'effleure à peine le visible et me replonge dans ma main. Ce n'est pas une question de connaissance, mais une présence. Je suis à l'intérieur pendant une certaine durée. Je suis venu d'un endroit, j'en rejoins un autre, les lieux se lient.
Dessins et notes de cahiers, tenus entre août 2016 et mars 2017.

REVUE DE PRESSE

DE L'ART HÉLVÉTIQUE CONTEMPORAIN, 20/06/2017
«Baptiste Oberson: nègre blanc du dessin», par Jean-Paul Gavard-Perret
Cliquer ici pour lire l'article

Dessins

Baptiste Oberson

178

Rayon

3683

Auteur(s)

Format

16 x 22.5 cm

Pages

64

Poids

159 gr.

Collection

ISSN

2297-8887

Parution

mai 2017

Voir aussi