Je ne peux pas ne pas

Geneviève Romang

CHF24.00

Sur la couverture, un titre au bord du précipice. Sur la première page, une paroi d’Url opaque, vertigineuse. Voilà le théâtre des opérations où navigue Geneviève Romang. Devant l’écran bleuté, elle dessine au feutre, à la force noire du trait et sans repentir, des figures pleines. Elle condense des recherches complexes en slogans poétiques qui vous claquent à la gueule. Elle détourne, à la manière des situationnistes, les lieux communs de nos imaginaires colonisés, et nous invite à déconstruire les évidences. Rien ne saurait demeurer inintelligible. C’est qu’il y a urgence à comprendre la genèse de nos environnements surveillés, à esquisser des pas de côté. Pour éviter les flèches.
Dans ce livre, elle invite tous les autres, vous ou moi, à récrire ses appels. Ou peut-être vous et moi à former nos appels. Un geste qui devenu collectif par la multitude des écritures ouvre la perspective d’un commun. Une manière de souffler: Vas-y, tu peux, nous pouvons – nous devons – sur les murs des chiottes ou ailleurs, oser: «Demain n’est pas annulé.»

Geneviève Romang habite entre Fribourg et Genève. Sa pratique issue avant tout du dessin, se prolonge dans des installations et des vidéos. Ses derniers travaux, transitent dans des lieux non dédiés à l'art et en interroge le contexte. Échappant à la notion de style, son œuvre hétéroclite ne cesse de questionner les corps en prise avec la société. Depuis 2016, elle se consacre à la création d’un lieu volontairement indéfini – à la frontière entre l’art et la vie – où favoriser la convivialité et la mise en commun de potentialités multiples.

270

Auteur(s)

Format

16 x 22.5 cm

Pages

64

Poids

105 gr.

Collection

ISSN

2297-8887

Parution

9 novembre 2018

Voir aussi