Livres perdus, nouvelles chaussures

Boutheyna Bouslama

CHF14.90

Date de parution:

4 mai 2021

Et s’il fallait des pompes de princesse pour aller au combat? ou comment avoir un pied en Occident et l’autre au Proche-Orient…

«Donc voilà, j’étais une étudiante de 28 ans, genevoise d’adoption, en pleine rébellion contre ses profs et ses parents. Je pensais avoir un futur tout tracé à Genève, en tant que femme artiste qui réfléchit sur sa société et tout et tout. Dix ans ont passé, la Tunisie a viré son dictateur, j’ai passé les cinq dernières années à travailler sur la disparition forcée en Syrie, et ce, depuis la Turquie.
Et je ne suis plus une Genevoise. J’ai eu le plus gros râteau de ma vie, mon expulsion de la Suisse. Enfin, un départ forcé pour non-obtention de permis de séjour. Mon ADN a changé, mais il y a eu aussi pas mal de choses qui ont muté pour une meilleure version. Je trouve qu’à 37 ans, on a plus de moyens financiers et plus de couilles que jamais avant, et ça, c’est cool…»

Et si il fallait des pompes de princesse pour aller au combat? Pour tracer sa voie à travers un certain héritage familial, s’imposer en tant que femme, artiste, un pied en Occident et l’autre au Proche-Orient?
Livres perdus, nouvelles chaussures rassemble dix-huit lettres adressées par Boutheyna Bouslama tantôt à ses parents, tantôt à son éditeur, et, plus largement, à un certain establishment culturel. Dans un style frontal, citant Beyoncé, Fellini, Carrie Bradshaw ou Nizar Qabbani, elle revendique ses choix autant qu’elle s’interroge sur les différentes conceptions du féminisme, constatant avec désarroi l’état de ce combat sous certaines latitudes. Quelques-unes de ces lettres ont été écrites en 2010, d’autres en 2019. Something old, something new, something borrowed, something blue

Avec une postface de Hervé Laurent

Née à Paris de parents tunisiens en 1982, Boutheyna Bouslama est cinéaste et plasticienne. Après un premier diplôme aux Beaux-Arts de Monaco, elle s’installe à Genève et obtient un Master en arts visuels et en cinéma à la HEAD—Genève (2010). Son travail s’intéresse en particulier aux histoires et archives personnelles. À partir de cette matière première, elle met en place des dispositifs, notamment par le biais de l’écriture et de la micro-édition, qui lui permettent de toucher à une forme de mémoire collective. Depuis 2009, elle réalise également des courts-métrages et documentaires qui lient étroitement l’intime et le politique. C’est depuis Istanbul qu’elle a réalisé son film À la recherche de l’homme à la caméra, qui a reçu le Sesterce d’or à Visions du réel en 2019 et le Prix de Soleure en 2020.

REVUE DE PRESSE

LE PETIT JOURNAL.COM, 29/09/2021
«Boutheyna Bouslama : “Vivre à Istanbul me permet un certain niveau de vie”»
Lire l’article

RTS CULTURE, 19/07/2021
«Boutheyna Bouslama, des chaussures de princesse pour aller au combat» par Anne-Laure Gannac
Lire l’article

RTS VERTIGO, 12/07/2021
«L’invitée : Boutheyna Bouslama, Livres perdus, nouvelles chaussures» par Anne-Laure Gannac
Écouter l’émission

LA LIBERTÉ, 05/06/2021
«Boutheyna Bouslama sans fard» par Stéphanie Fontenoy
Lire l’article

345

Auteur·e·s

Édition établie par

,

Contributions de

Couverture

Graphisme

Valérie Giroud

Format

11 x 17.5 cm

Pages

168

Genre

Écrits d'artiste, Recueil épistolaire

Collection

ISBN

978-2-88964-011-9

Date de parution

4 mai 2021

Voir aussi