Mes adieux à Andromède

Andrea Inglese

CHF14.90

Quand l’histoire d’amour de neuf ans, la plus importante, la plus longue et la plus intense, a commencé à s’écrouler – et moi avec elle –, à éclater en plusieurs figures probables, ou à peine amorcées, indécises, quand, disais-je, notre amour si solide et si évident devint un morceau improvisé jour après jour, de sorte qu’on ne pouvait vraiment plus rien prévoir et que tout devait être exposé, expliqué, imaginé à nouveau à chaque minute pour qu’il manifestât, après franche inspection, un sens quelconque, à cet instant précis, pendant cet intervalle déchirant, La Libération d’Andromède de Piero di Cosimo, dont la reproduction était restée collée au moins trois ans dans les toilettes sur le mur en face de la porte, eh bien ce tableau, que j’avais absorbé au fil du temps comme on absorbe le paysage découpé par une fenêtre, m’offrit une clé globale et précise pour sortir des ténèbres et avec clairvoyance trouver une trame différente, plus adaptée, pour organiser mon histoire amère, mon histoire brisée en morceaux.

Andrea Inglese (1967), poète, romancier, traducteur et essayiste, vit dans les environs de Paris. Il a été professeur de philosophie et d’histoire au lycée en Italie et en France. Il a enseigné les langues et la littérature à l’université de Paris III. Il est actuellement enseignant en Sciences Humaines à l’École Bleue de Paris. Il a publié en Italie plusieurs livres de poésie et de prose.

Eloisa Del Giudice, née à Genève en 1987, vit à Paris. Elle est traductrice littéraire freelance. Quadrilingue, elle travaille avec le français, l’italien, le portugais et l’anglais. Elle est rédactrice culture chez Hanabi, média consacré à l’actualité japonaise en France.

287

Auteur(s)

Traduction

Eloisa Del Giudice

Graphisme

Valérie Giroud

Format

11 x 17 cm

Pages

90

Genre

autofiction, ekphrasis

Collection

ISBN

978-2-940570-78-2

Parution

mars 2020

Voir aussi