Renate Buser. Mes photographies sont plus intelligentes que moi

Karine Tissot, éd.

CHF22.00

Le travail photographique de Renate Buser est souvent associé à l’architecture moderniste et brutaliste qu’elle a abondamment documentée. S’il est vrai que son œuvre s’inspire toujours d’éléments de constructions existants pour réaliser de grandes installations, son intérêt ne se limite pourtant pas à un style d’architecture. Le projet développé pour le CACY, «Echo», du 28 novembre 2018 au 3 février 2019, – sur lequel se concentre la publication – en est la preuve : il se saisit du rez-de-chaussée de l’Hôtel de Ville du XVIIIe siècle comme d’un tout qu’il s’agit de redécouvrir au travers d’une installation inédite.

Mise à mal, retournée tête-bêche, agrandie, l’architecture est traduite en photographies monumentales, noir et blanc, offrant un regard décalé sur la spatialisation, faisant danser les nervures de l’ancienne halle aux grains, et contribuant à abstraire la pierre d’Hauterive en se jouant à la fois de la pesanteur et de l’échelle – agrandissant des détails ou diminuant le grandiose. Plus encore, un dialogue s’installe entre des photographies du lieu et des architectures plus contemporaines provenant de Paris (Place de Seine, La Défense, le collège néerlandais) ou Londres (Barbican Art Center). Une manière de questionner notre rapport à la réalité et de rappeler que le présent est fait de répercussions du passé.

285

Édité par

Textes de

Karine Tissot, Laurent Chenu

Photographies

,

Langue

fr/all/ang

Format

23 x 31.5 cm

Pages

56

Poids

250 gr.

Co-édition

Centre d'art contemporain d'Yverdon-les-Bains

Collection

ISBN

978-2-940570-61-4

Parution

1er février 2019

Voir aussi