L'HEBDO 13/11/2013


«L’éditeur qui se joue des livres», par Julien Burri

Le lausannois art&fiction développe sa nouvelle collection inclassable, Re: Pacific. Embarquement immédiat.

Prenez les trois éditeurs d'art&fiction, à Lausanne (près de 120 titres parus depuis treize ans), et demandez-leur de définir la «ligne» de leur maison. Aimablement, ils sauront décourager toutes vos tentatives pour circonscrire leur travail. Le livre d'artiste? «Je croyais qu'on avait banni ce terme», glisse Alexandre Loye. «Il ne faut pas croire tout ce qu'on dit», prévient Stéphane Fretz. Et Christian Pellet d'ajouter: «On ne veut pas être dogmatiques.» Disons qu'art&fiction est animé avant tout par des plasticiens qui imaginent des livres aux formes subversives, car inclassables. Ni roman, ni BD, ni encyclopédie ou livre de recettes de cuisine. Parfois, un peu de tout cela. Le cauchemar des libraires. Et la maison qui fait rêver tout étudiant sortant de la HEAD ou de l'ECAL. Pour rappel, en 2010 et en 2011, les éditeurs bénévoles ont publié une cartographie de leur univers, les labyrinthiques Mode de vie et Mode de vie, kit de démontage, près de 500 pages en tout. Les trois hommes vous regardent, pince-sans-rire, chercher une quatrième de couverture, ou une explication de l'objet littéraire non identifié que vous avez entre les mains. Ils aiment jouer, mais sérieusement. Comme en 2009, lorsque Stéphane Fretz publiait sous pseudonyme l'histoire de la chanteuse Susan Boyle «le destin de l'Ange velu enfin dévoilé dans un livre poignant». Mille exemplaires vendus. Leur record.

Protéiformes. Cette saison, la maison mise sur la collection Re: Pacific, qui atteint son rythme de croisière. Cinq ouvrages d'un coup, de belle facture, et plus «classiques», même si toujours protéiformes. Dans Pénurie, Jérôme Meizoz dialogue avec les dessins de Zivo. Manuel Perrin dessine In petto, une BD sur la formation d'un jeune artiste. La Chilienne Marisa Cornejo, installée à Genève, illustre ses rêves dans I am. Enfin, Flynn Maria Bergmann publie Fiasco FM, 112 poèmes pour «réinventer l'électricité du sentiment amoureux», et le psychothérapeute Gérard Genoud met en récit les consultations d'un enfant dans Mémoires enchâssées. Le financement est assuré en partie par les 155 souscripteurs qui déboursent chacun 100 francs par an. Grâce à cette collection, l'éditeur espère toucher un public plus large, en librairie, et améliorer sa diffusion en France. Surtout, de continuer à ouvrir des portes dans la maison Livre, sans les refermer derrière lui.

Soirée d'inauguration des cinq derniers titres de la collection Re:Pacific, à La Datcha, Lausanne, le 13 novembre à 19 h. Sur réservation: www.artfiction.ch